Législatives Eure, deux ministres battus….indirectement

Entendons-nous bien, Sébastien Lecornu et Bruno Le Maire n’ont pas été battus directement et personnellement. Ils n’étaient pas candidats. Cependant, leur engagement dans leur fief électoral, fait qu’ils ont une part de responsabilité indéniable. Madame Gipson a été la suppléante de Bruno Le Maire avant de devenir députée à sa place après son entrée au gouvernement. De même Sébastien Lecornu est à l’origine de la candidature de François Ouzilleau. Ces deux poids lourds du gouvernement n’auront donc pas eu suffisamment de poids pour garantir le succès de leurs protégés. Explications:

Ainsi va la vie politique. Nul n’étant prophète en son pays, les séquences à succès se succèdent avec du bonheur… mais parfois avec des larmes. Madame Gipson n’avait probablement pas démérité et le coup de matraque a été violent. De même, à Vernon, François Ouzilleau a pu avoir, à l’énoncé des résultats, le sol qui s’est ouvert sous ses pieds. La nuit n’a pas dû être bonne à l’une et à l’autre. Comme dans le reste du département, chez les autres candidats sortants. La presse locale, au cours de la campagne avait montré Bruno Le Maire, sur place dans la 1ère circonscription, se dépenser sans compter. Il arborait le futur, probable et espéré succès, en bandoulière. Sûr de lui, le ministre de l’Économie était loin d’imaginer la défaite macroniste dans son ex-circonscription. Naturellement, une victoire de Sévérine Gipson n’aurait pu être, en grande partie, que celle du ministre. C’eut été une évidence ! Mais la défaite consommée, Bruno Le Maire ne peut endosser l’affront. Il avait décidé de ne plus se représenter….

A Vernon, la situation est plus originale. La députée sortante de la République En Marche n’a pas été battue. Elle avait été contrainte de ne pas se représenter. Pourquoi? De mauvaises langues expliquent qu’il fallait la débarquer pour que le siège reviennent au maire de Vernon. Drôle d’histoire sans queue ni tête, ni logique politique. De la faveur du Prince, pense-t-on dans la circonscription…

Oui, sans doute François Ouzilleau avait toutes les compétences pour assumer la charge. Cependant, le déroulé du scénario de cette mise en place n’est pas d’une esthétique des plus raffinées. Madame O’Petit a été sortie avant que les électeurs ne s’expriment.  Monsieur Ouzilleau n’a pas réussi son entrée après que ces mêmes électeurs se soient exprimés. Très dommage pour lui.

2 Comments

  1. L’analyse des votes a Vernon fait apparaître une évolution du vote blanc entre les présidentielles et les législatives sans précédent…moins de 50 bulletins blancs pour les présidentielles, plus de 800 pour les législatives…On peut en déduire que la consigne du « ni-ni » du Parti des Républicains a été en grande partie respectée par ses adhérents… et c’est sans doute un facteur clé du succès des nouveaux députés..

    • Oui, c’est partiellement vrai, mais pas que..D’autres éléments sont à entrer en ligne de compte. Le premier, il faut aller l’analyser dans le second tour de la présidentielle. Emmanuel Macron l’a emporté d’abord par rejet de Marine Le Pen. Le plafond de verre était encore une réalité. Ensuite, spécifiquement dans la 5ème circonscription, la mise à l’écart de Mme O’Petit, n’a pas été accepté par tout le monde. Je connais trois électeurs, dont l’un est un ami, sympathisants de LREM, qui n’ont pas du tout apprécié. Sont-ils les seuls ? je n’en sais rien…..Enfin, la situation du pays ne pouvait être favorable au Président sortant et sa majorité: inflation avec perte de pouvoir d’achat; l’insécurité grandissante; la Santé avec la crise des hôpitaux, les déserts médicaux etc..Il faut simplement espérer que tout s’arrange, qu’un consensus soit trouver et d’éviter une reprise des gilets et des manifs interminables avec heurts violents et autres, chaque samedi et pendant cinq ans.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*