Législatives Eure, 4ème circonscription: une exception

Dans les cinq circonscriptions de l’Eure, les candidats du Rassemblement National sont en tête à l’issue du premier tour. Paradoxe de la situation, aucun ne gagnera dimanche prochain. Le jeu du report des voix des autres candidats avec le front républicain, fera que « Ensemble »( la République en Marche) conservera quatre des cinq sièges. A contrario, LREM a déjà peredu la 4ème circonscription puisque le sortant, Bruno Questel, est éliminé dès le premier tour. Le pourquoi du comment en analyse.

Mise à jour le 22 juin.

Je me suis trompé sur l’analyse figurant dans le chapeau, ci-dessus. Les quatre candidats du RN ont été élus, contrairement à ce que j’avais écrit. Je ne retirerai pas cet article par honnêteté envers les lecteurs….

Pour la suite de l’article, l’analyse est bonne.

D’abord, l’abstention massive est la grande gagnante de ce scrutin. Plus de 25 millions d’électeurs ne sont pas déplacés. La question qui s’impose, d’emblée, est pourquoi? « Si la politique continue d’être un jeu de pouvoir dans le seul intérêt de ceux qui le détienne, alors ça continuera » disait un sage analyste. Ensuite, les électeurs de l’Eure ont émis un cris de désespoir en mettant, partout, en tête les candidats de Marine Le Pen. Dans un scrutin à la proportionnelle l’Eure aurait depuis hier soir des députés RN. C’est pourquoi, Emmanuel Macron qui avait promis ce mode de scrutin, en 2017, ne l’a pas fait et ne le fera jamais.

Le cas de la 4ème circonscription est une exception. Bruno Questel a eu, outre la candidate RN, un candidat socialiste qui a émergé dans le paysage local de Louviers et alentours: Philippe Brun. Il a pour lui sa jeunesse, sa lucidité, sa position professionnelle et surtout, surtout son empathie envers les autres. Une gentillesse naturelle qui attire plus qu’elle ne repousse. Il est socialiste et les électeurs n’ont pas remarqué de couteau entre ses dents. Philippe Brun est devenu au fil des mois un jeune leader politique, incontournable. Sa probable victoire, dimanche prochain, en fera le plus jeune député du département avec des perspectives sérieuses pour les scrutins futurs dans lesquels il s’impliquera en aidant d’autres candidats, d’autres équipes.

L’autre versant de cette réussite et la défaite du député sortant. Bruno Questel a passé beaucoup de temps sur des chaines infos a vitupérer contre d’autres élus et adversaires. Sans le savoir il a, sans doute, été le principal artisan de sa défaite. Ses soutiens de Louviers ne lui auront été d’aucun secours. Soutiens mollassons, sans conviction. Que du service commandé, trop visible. Olivier Taconet a tenté de l’aider avec sa candidature PRG de 0,77% des inscrits et 1,64% des votants. Sans le duo Taconet-Martin, Philippe Brun passait en tête, sans rien changer in fine.

 

1 Comment

  1. Très bonne analyse. Effectivement Mr Questel aurait mieux fait de limiter ses interventions multiples sur les plateaux de télé : erreur de plaidoirie la part d’un avocat! La politique n’est pas un tribunal ….. Quant au RN ce n’est pas une nouveauté dans le département de l’Eure mais là ce n’est pas une vague mais un tsunami ! Philippe Brun quant à lui il a créé la surprise certes et ce jeune devra faire attention avec certains soutiens, soutiens qui pourraient lui nuire ! Le deuxième tour sera très intéressant.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*