Eure, législatives 2022, les dagues vont parler

Tout est à double tranchant. A quatre mois de la présidentielle et cinq des législatives, les règlements de compte s’organisent dans l’Eure. L’imbroglio politique promet un spectacle saisissant. Le mot d’ordre : pas de quartier. Les protagonistes arrivent à ce confondre entre eux. D’abord à LR, puis dans la majorité macroniste. Explications.

Pour certains correspondants, contactés par téléphone, le coup n’est pas parti du Président LR de l’Eure, Guy Lefrand. Ce dernier n’aurait fait que réagir au « coup fourré  » perpétré par Sébastien Lecornu et Bruno Le Maire. C’est quoi ce  » coup fourré  » ? Le maire d’Évreux et patron  » Les Républicains « , n’aurait pas apprécié le comportement d’élus LR, travaillant, en réalité, pour Lecornu-Le Maire, avec pour conséquences d’investir des candidats LR tout acquis à  » La République En Marche « . Et, Guy Lefrand de contourner la manipulation en faisant investir par la direction nationale de LR, les cinq candidats et candidates pour les cinq circonscriptions. Riposte immédiate de plusieurs élus LR, dont certains macron-compatibles. Ils viennent de signer une pétition pour contester la méthode. Il semblerait qu’au siège de LR, Guy Lefrand sera approuvé.

Les acteurs de l’ombre

D’abord, Pascal Lehongre maire de Pacy/Eure et vice-président du conseil départemental. LR grand teint, il est resté au Parti tout en remplaçant Lecornu, ministre macroniste, à la présidence du département. Il y a, effectivement, un double-jeu avec une double casquette. Ensuite Catherine Delalande, adhérente LR, binôme de Sébastien Lecornu pour le canton de Vernon. C’est aussi de la double casquette. Ajoutons le cas de Madame Claire O’Petit députée « La République En Marche » de la 5ème circonscription. Lecornu veut la dégager pour installer à sa place François Ouzilleau, le maire de Vernon. La députée sortante compte bien ne pas s’en laisser compter. Elle déclarera, selon des proches, sa candidature pour un deuxième mandat.

Imbroglio dans la 4ème circonscription

Dans la 4ème circonscription, LR a proposé une adjointe au maire de Louviers. Cette dernière est contestée par d’autres adjoints de la même majorité. Il se dit, aussi, dans la contrée lovérienne, que LREM en a « soupé » du député sortant, Bruno Questel. LREM lui chercherait un successeur. Une proposition pourrait être faite à la première adjointe au maire, Anne Terlez. Elle est membre du MoDem (partenaire de LREM) et est considérée comme une élue des plus compétentes. Pour l’heure, l’offre ne lui a pas encore été faite.

Conclusion tirée par des LR non macronistes

Nombre d’entre eux voient un changement de paysage politique en 2022. Ils arborent l’élection de Valérie Pécresse à la candidature présidentielle comme un soulagement et une fierté. Sûrs que la candidate gagnera, ils n’envisagent aucunement de vengeance envers « les traitres« , ceux qui ont changé de camp après la défaite de François Fillon, en 2017. Ils souhaitent seulement qu’ils ne reviennent plus à LR pour « poursuivre leur carrière politicienne ». L’on peut s’avancer, sans risque de se tromper, que ni Sébastien Lecornu, ni Bruno Le Maire n’abandonneront pour si peu.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*