La cuisine de Monsieur Édouard

C’est vrai, l’ancien Premier ministre est un homme poli et intelligent. Il a de la prestance et porte chic. Mais ensuite, c’est aussi une vérité, il s’engouffre dans une cuisine électoraliste qui n’a rien à envier aux autres politiciens d’envergure moyenne. L’on pensait qu’il valait mieux. Mais non…il est seulement un peu plus notable que les autres.

Il est maire du Havre et c’est depuis cette ville qu’il a diffusé un show a mi-chemin entre le Chirac des années 80 et le Macron actuel. Monsieur Édouard, la civilité par le prénom, rappelle ô combien la petite bourgeoisie de province de l’après-guerre — rien de méchant — veut se tailler un avenir sur mesure. Croyant être l’homme providentiel que la France attend depuis des décennies, il pourrait n’être qu’un exemplaire dupliqué maintes fois sur l’original, le vrai, venu en mai 58. Hélas ! Trois fois hélas !…

Perspectives

Voyons un peu. Notre notable créé un nouveau parti politique. Il pense qu’à droite ils ( les partis ) ne sont pas assez nombreux. Alors, il en rajoute un. Comme le gâteau électoral ne grandit pas, il augmente la division des parts. Monsieur Édouard, annonce la couleur, implicitement. Il veut aider Emmanuel Macron à sa réélection de 2022 et parallèlement lui flanque un nouveau parti pour flinguer, partiellement, la République en Marche. C’est beau l’amitié en politique ! S’ajoute le coup tordu fait à LR. Monsieur Édouard veut réduire son ancienne maison à néant. En juin prochain, lorsque le Président sortant sera réélu, Monsieur Édouard exigera L’élection d’une cinquantaine de députés labellisés  » Horizons « , son nouveau parti. Le débauchage commencera en début d’année 2022. Par cette technique, Monsieur Édouard échafaudera l’édifice présidentielle de 2027. C’est beau comme un tableau de Maitre. Restera à déterminer son contenu…

L’autre réalité

Édouard Philippe veut être Président, alors il s’y prend avec six ans d’avance. En fait, il a été coacher pour en avoir l’allure. C’est du marketing politique. L’ancien Premier ministre parle de mettre de l’ordre dans les comptes publics et dans la rue. Doit-on comprendre qu’il y a du désordre dans ces comptes publics et du désordre dans la rue ? Mais que n’a-t-il fait lorsqu’il était aux manettes à Matignon ? Puis, sans être mauvaise langue, Monsieur Édouard, peut-il réellement endosser le costume ? S’il y parvenait ( 2027 ) il ne pourrait que remplacer tous les autres, en dehors de De Gaulle et Mitterrand. Ça manque un peu de panache, malgré les apparences.

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*