Petite politique et train-train

Les macronistes ne supportent pas les anti macronistes et vice-versa. Dans l’Eure, ils vont laisser leur différend au vestiaire pour s’entre-aider aux élections départementales et régionales. C’est de la petite politique mais ça rapporte des sièges. Explications:

Hervé Morin, élu de l’Eure depuis des décennies, devenu ministre de Sarkozy en vendant son âme de centriste, est depuis 2015 Président de la Région Normandie. Un bon président si l’on en juge par les résultats obtenus dans divers domaines. Cela prouve qu’il est plutôt un homme de qualité. Qu’avait-il besoin, alors, de s’engouffrer dans une manip de pacotille pour conserver son siège dans lequel il est solidement ancré?

En face, les macronistes veulent tout manger. Ce qu’ils ont obtenu  et ce qu’il reste à grignoter. Ainsi, ils ont prévenu Morin en ces termes — p’tit gars, tu signes un accord selon lequel tu nous soutiens pour les élections au conseil départemental  de l’Eure et nous on t’aide pour conserver ta majorité et ton siège de président à la Région. C’est à prendre ou à laisser. Hervé Morin s’est mis au garde-à-vous et claqué des talons. — Oui chef! a-t-il répondu. L’affaire est entendue. Les macronistes de l’Eure, sous le haut commandement de Sébastien Lecornu, ont raflé la mise et mis les Centristes en coupe réglée. Nous sommes ici dans le monde des petites affaires politiciennes pour un partage de territoire et non dans des élections au service de la population.

Des macronistes avaient affublé Hervé Morin de « chef de gare » compte-tenu de son implication dans le domaine des transports SNCF pour la Région Normandie. Photo d’illustration effectuée avec trucage.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*